Les causeries de Ti ar Vro : "Pour la suite du monde" - Québec

le_regne_du_jour.jpg
 

La Bibliothèque des Côtes d'Armor et Ti ar Vro vous convient à leur rendez-vous mensuel le mercredi 17 janvier 2018 à 20h30.
Ce mois-ci, Ti ar Vro met un focus sur le Québec et propose une série d'animations. Dans ce cadre, Ti ar Vro vous propose de découvrir les films de Pierre Perrault (Québec) et notamment le documentaire "Pour la suite du monde"


C’est le 6 septembre 1535 que l’explorateur français Jacques Cartier, naviguant sur les eaux du fleuve Saint-Laurent, pose son pied sur une île située au bord de la terre du nord, une île avec des arbres de plusieurs sortes, écrit-il, et entre autres il y a « plusieurs couldres : et pour ce la nommasmes l'ysle es Couldres ». En nommant les îles et les rivages dans son journal de navigation, en décrivant les paysages et les habitants qu’il rencontre, Cartier prend possession du territoire et s’inscrit dans l’histoire en tant que premier poète du pays.
Pierre Perrault (Montréal 1927 – L'Isle-aux-Coudres 1999) demeurera à jamais marqué par ce texte fondateur. Entre 1955 et 1968, Perrault suit assidûment les traces de Cartier, il le cite abondamment et s’en inspire dans pratiquement tous ses projets radiophoniques et cinématographiques. Il n’est donc pas étonnant d’entendre dès le début du film Pour la suite du monde les mots du livre de Cartier lus par Alexis Tremblay. Car pour le cinéaste, Alexis Tremblay incarne à la fois la sagesse du livre et la beauté du verbe qui s’est perpétué depuis la venue de Jacques Cartier. Alexis incarne aussi la connaissance ancestrale d’un monde qui est sur le point de basculer sous nos yeux, un monde oublié et perdu sur une île où le temps semble s’être arrêté.
Avec la trilogie de l'île aux Coudres, ce Québécois a contribué à définir le « cinéma direct », moment charnière de la modernité cinématographique. Soit l'abandon du commentaire omniscient et de la voix off, l'utilisation du son direct et la restitution de la parole aux personnages, la caméra au plus près de l'action et des corps. Réalisateur, poète et écrivain, Pierre Perrault est l’un des plus grands artistes québécois, un homme de lettres d’envergure et un des cinéastes canadien les plus importants.
Il a consacré à la population de l'île aux Coudres, dans l'estuaire du Saint-Laurent, une trilogie cinématographique qui a révolutionné la pratique documentaire. Entre 1963 et 1968, il y tourne Pour la suite du monde, Le Règne du jour, puis Les Voitures d'eau.
Dans Pour la suite du monde, Perrault propose aux îliens de reconstituer une pêche traditionnelle aux marsouins, abandonnée depuis les années 1920. La ferveur de la population, la truculence et l'humanité des personnages, l'esprit de solidarité entre générations, la réflexion qui en résulte sur les vices et les vertus du progrès, la bouleversante apparition du grand mammifère blanc finalement capturé (font de Pour la suite du monde - et l'on pèse ses mots - l'un des plus beaux films du monde).

Pour en savoir davantage :
https://www.onf.ca/selections/denys-desjardins/loeuvre-de-pierre-perrault/

Mercredi 17 janvier 2018 à 20h30  – Ti ar Vro, à Cavan
Projection du film « Pour la suite du monde » de Pierre Perrault (105')
Film en français (sous-titré)

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.mairie-cavan.fr/blog-culturel/index.php?trackback/597

Fil des commentaires de ce billet